Découverte – La Gloire Écarlate de Fabrice Pittet

Vous connaissez notre penchant pour la fantasy. Nous avons une pensée particulière pour les fauchés qui ne peuvent pas dépenser 20 euros pour une nouveauté littéraire ou les terrifiés à l’idée d’engloutir 500 pages. Alors quoi de mieux qu’une nouvelle pour la modique somme de 0,99 qui vous transportera dans un univers fantasy? La gloire écarlate de Fabrice Pittet est disponible en version numérique sur de nombreuses plate-formes telles qu’Amazon ou la Fnac pour ne citer qu’elles.

Bastan, un jeune chasseur est le témoin impuissant du massacre d’un village par des brigands. Une troupe de Radashiens, payés par le roi vient délivrer ses habitants. Séduit par la prestance et l’efficacité de ces mercenaires, Bastan décide de les rejoindre, au prix d’une formation cruelle et dangereuse…

Qui est l’auteur? Fabrice Pittet, diplômé en biologie, est enseignant dans un collège de Genève. Depuis son enfance, il est bercé par l’imaginaire: sous l’oeil perplexe de ses parents, il dévalise les vidéo-clubs puis se plonge dans la littérature peuplée de créatures fantastiques, de guerriers courageux et de combats intergalactiques. Aujourd’hui tout en continuant d’enseigner la biologie et les mathématiques, il continue de donner vie à ses personnages et de les faire évoluer.

Nous remercions Fabrice d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Nous lui souhaitons une pleine réussite pour ses prochaines publications.

Amicalement Geek: Comment vous est il venu l’envie d’écrire?

Fabrice: Depuis toujours, j’ai ressenti une envie très forte de créer. Je me suis d’abord essayé au dessin et y ai trouvé un certain intérêt. Mais très vite, j’ai éprouvé un autre besoin, celui de raconter des histoires. Mais comment ? Par quel moyen ? Mon choix s’est porté très naturellement sur l’écriture pour deux raisons fondamentales. Tout d’abord, l’écriture ne connaît aucune limite de « budget ». On peut inventer des mondes, des créatures, des peuples, des cultures et des villes cyclopéennes gratuitement. C’est un sacré avantage sur les courts-métrages par exemple. Deuxième raison : mon caractère de « loup solitaire ». J’aime être seul à bord dans le processus créatif. La coopération n’est en effet pas mon fort.

AG: Est ce votre première nouvelle?

F: Pas vraiment. J’écris depuis presque quinze ans. Du coup, j’ai pondu quelques autres nouvelles. J’ai même commencé par travailler sur ce genre d’histoires, en m’essayant à du Fantastique, de l’Horreur ou de la SF.

AG: Avez vous l’intention de la publier en format papier?

F: Oui, la Gloire Ecarlate est prévue en format papier dans un recueil concocté par Fantasy Editions. Il y aura quatre histoires, toutes d’auteurs différents – Aurélie Genêt, Foenidis, Emilie Querbalec et moi-même. En théorie, le recueil  sortira au mois d’octobre et sera disponible sur tous les sites diffuseurs que l’on connaît et certaines librairies.

AG: Pourquoi avoir choisi d’écrire une nouvelle plutôt qu’un roman?

F: En fait, j’ai également écrit plusieurs romans, même si pour l’instant, je ne les ai pas encore présentés aux maisons d’édition. D’ailleurs, la Gloire Ecarlate est rattachée au monde que j’ai créé pour une épopée nommée les Douleurs de l’Etoile, qui se décline en plusieurs tomes. J’ai bossé sur cette longue histoire durant près de dix ans, puis j’ai enchaîné avec un autre roman, qui est toujours en cours. Après ça, je crois que j’avais besoin de revenir à quelque chose de plus spontané, de plus primesautier, de plus… rapide. Attention, je ne parle pas de facilité ! Car la nouvelle obéit à des règles bien à elle, et c’est un véritable défi que de raconter une histoire en si peu de pages. Aller à l’essentiel, sans omettre la profondeur des personnages et sans abuser des ellipses qui détruiraient la trame narrative… Bref, un exercice super, très enrichissant.

AG: Avez vous prévu d’en écrire une autre?

F: Oh que oui ! Je suis sans cesse en train de pianoter sur mon portable. En ce moment, je bosse sur une novella de SF. Et ensuite, sans doute une nouvelle de Fantasy dans la même veine que la Gloire Ecarlate. Je ferais ça en parallèle d’un autre projet d’écriture.

AG: Qu’est ce qui vous a inspiré pour Bastan?

F: Si je devais répondre à cette question de manière claire et précise, je devrais également spoiler un peu l’histoire ! LOL ! Alors je vais prendre un petit détour tout aussi valable, je l’espère. Je crois que Bastan est comme beaucoup de jeunes : il cherche, il se cherche. Il veut trouver sa voie. Bien plus, il veut trouver un sens à son existence. Alors, dans un monde où la guerre fait rage, où les bandits menacent l’intégrité du peuple, où le fort prend l’ascendant sur le faible, que faire ? Comment trouver un idéal dans un univers où le Bien et le Mal ne sont que des concepts totalement subjectifs ? Croire en quoi, lorsque l’espoir de trouver du bon dans le cœur de l’homme vous déserte ? Ce sont des questions qu’on se pose tous un jour ou l’autre, je crois. Bastan, également. C’est la raison pour laquelle il s’enrôle dans les troupes radashiennes, même si au départ, il garde en lui une lueur d’espérance… Une lueur qui finira par s’éteindre pour être remplacée par autre chose. La Gloire Ecarlate deviendra son seul et unique objectif. Sa voie à lui, justement…

AG: Quels sont vos auteurs préférés?

F: Je ne vais pas faire dans l’original, j’en ai bien peur ! J’adore bien entendu Tolkien, R.A. Salvatore et surtout Gemmell. J’ai énormément appris en lisant ses œuvres. J’adore également Laurent Genefort (la trilogie Hordes !) et Stan Nicholls. J’ajouterais Lovecraft, même si on change drastiquement de registre. C’est peut-être lui qui m’a donné le goût de la lecture lorsque je n’étais encore qu’un gamin.

AG: Avez vous eu envie de toucher un lectorat particulier? Des jeunes femmes, des hommes?

A la vérité, je ne me pose pas ce genre de question. Je procède d’une façon très simple, en écrivant ce que MOI j’aimerais lire dans un bouquin. Alors, on pourrait me dire que si j’ai des goûts douteux, mon travail le sera tout autant. Et bien oui, sans doute ! Du coup, je pense que les hommes seront plus sensibles au côté « guerrier » de mes écrits, même si c’est encore à voir. Une chose est claire : je ne destine pas mes lignes aux enfants.

AG: Quelle relation entretenez vous avec vos personnages? Avez vous vos préférés parmi eux?

F: C’est une question très complexe car elle relève d’un ressenti vraiment personnel et difficile à exprimer. En fait, lorsqu’on écrit et qu’on passe du temps à peindre les aventures de plusieurs personnages, ces derniers prennent vie, vous accompagnent chaque jour. C’est vraiment une expérience troublante, que je partage sans doute avec tous ceux qui écrivent ou qui inventent des histoires dans leurs têtes. La relation est donc un genre de fraternité avec ces personnages. Pour ce qui est de la Gloire Ecarlate, je pense que mes personnages préférés sont Kroobs et Calabos. Les deux partagent plein de points communs, et j’ai toujours apprécié ce genre de figure tutélaire…

Catandgeek

Britannique, grande lectrice et joueuse en particulier d'mmorpg, fascinée par les chats

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.