);

The Heroic Legend of ARSLAN – la Critique

Avant toute chose je tiens à m’excuser pour le peu de contenu au niveau des mangas et animé. Actuellement en vacances jusqu’à la fin du mois je suis en pleine réflexion, est ­ce que je vous parle des différents mangas qui ne sont pas arrivé en France et qui ne paraîtront peut être jamais (mais qui valent le coup)? Ou est ­ce qu’il ne serait pas mieux de parler des différents mangas en vogue sur la TNT ? A vous d’y répondre en commentaire juste en dessous.

Si au premier coup d’œil sur The Heroic Legend of ARSLAN (ou ARSLAN pour les intimes) il vous semble reconnaître un air de FullMetal Achimist, ne vous inquiétez pas car c’est tout a fait normal. Effectivement les dessins de ARSLAN on été réalisé par Hiromu Arakawa, une Mangaka de 41 ans qui a travailler sur le célèbre FullMetal Edward Elric et son frère Alfonse Elric entre 2001 à 2010 ainsi que la série « Brotherhood » (que je recommande chaudement). Associer au romancier Yoshiki Tanaka qui a reçu un prix en 1988 pour Ginga eiyū densetsu (Legend of the Galatic Heroes), ces deux artistes ont décidé de présenter The Heroic Legend Of Arslan. Il étonnant de noter que ce n’est pas la première fois que l’on entend parler de cette oeuvre en effet The Heroic Legend of ARSLAN a déjà fait l’objet d’une adaptation en manga mais aussi en film d’animation est en OAV sorti en France sous le nom des Chroniques d’Arslan chez Black Bone, assez proche en terme de dessin de ce que l’on connaissez avec les Chroniques de la Guerre de Lodoss.

Ici revirement complet avec un trait se rapprochant certes de FMA quelques visages et expressions nous donneront l’impression de voir des personnages bien connu, mais il n’en ai rien. Les combats sont d’une brutalité sans pareil, la série anime retransmet d’ailleurs parfaitement ce sentiment de puissance lors de l’échange de coup d’épée. Le jeune prince Arslan quand lui donne ce petit côté de fraîcheur au manga, frêle au départ il mettra du temps pour s’affirmer et ainsi devenir le roi que Parse mérite.

Arslan_critique_page001_Ageek

À la frontière de l’Orient et de l’Occident se trouve le prospère royaume de Parse, tenu d’une main de fer par le redoutable roi Andragoras. Avec sa frêle carrure et son maniement approximatif de l’épée, il est difficile pour le jeune prince Arslân de revendiquer son statut d’héritier au trône. Du haut de ses 14 ans, il va prendre part à sa première bataille afin de repousser l’envahisseur Lusitanien dans la plaine d’Atropathènes. Un jour marqué du sceau de la trahison, qui fera basculer à jamais son destin et celui du royaume de Parse.

Arslan Senki prône son originalité dans sa période et son réalisme, (effectivement oublier les alchimistes et autre pierre philosophale) vous serez plongé ici dans une famille royale au combien vénérer de par son souverain Andragoras craint et respecter de par le monde grâce à ces cavaliers connu pour leur puissance d’attaque destructrices. N’est ­il pas difficile de briller, sous l’ombre d’un père aussi respecté ? C’est là tout le problème du prince Arslan. Prince qui visiblement ne partage pas le même point de vue que son paternel.

Arslan_critique_page003_Ageek

 

Lors d’une bataille contre les Lusitaniens ou le souverain revint victorieux, l’armée Parse captura un enfant, afin de le rendre esclave à la capitale. Vu par tous comme « enfant de guerre », ce jeune Lusitanien de 11ans décide de quitter la capitale, par un acte de bravoure le Prince Arslan sauva de jeunes Parse sur le passage de l’évader qui prit le prince en otage par la suite.Pendants sa fuite le jeune lusitanien clame que son dieu exige que chaque humain naissent égaux, ainsi les esclaves qui ne manque de rien au dire du prince ne sont donc pas libre et toute personne qui s’oppose à cette loi devient un ennemie des Lusitaniens.

Arslan_critique_page004_Ageek

Cette rencontre qui marqua le prince Arslan restera graver dans sa mémoire et le laissera plein de doute quant au système implanté dans le royaume Parse. Entraîné par son maître Valphreze, le prince âgé maintenant de 14 ans prend part à sa première bataille qui va être marqué d’une pierre rouge. Alerter lors de la bataille par Azreal l’ange de la mort (aigle et amis du prince, comme Srushi l’ange de la vie) qu’une possible embuscade pourrait renverser le cour de ce combat si prévisible contre les Lustaniens.

Arslan_critique_page002_Ageek

Vous l’aurez compris ce premier tome pose les bases de l’histoire du prince Arslan et de son entourage, j’ai volontairement omis de parler de certain personnage pour vous laisser la surprise, pour ce premier tome l’intrigue reste simple dans sa base mais l’arrivée de « l’artiste » Narsus, ainsi que le serment de Daryûn (l’un des plus grands combattant), donne une certaine envie de savoir comment le prince va se débrouiller ainsi que les incidences sur le royaume Parse. Le travail de Hiromu Arakawa donne vraiment un aspect dynamique et attirant au manga, rappelant certain Musou qui ne vous laissera pas indiffèrent au fur et à mesure de votre avancer dans les 181 pages. The Heroic Legend Of Arslan est certain une réadaptation d’un manga sortie sous le même nom il y a de ça quelque année mais avec la qualité d’aujourd’hui ce manga pourrait bien être d’excellente facture par la suite. Wait and see.

Le premier tome de The Heroic Legend of Arslan sera disponible le 15 Mai prochain chez Kurokawa et la version animée à déjà commencer sa diffusion sur le site de Wakanim.

  • Titre : The Heroic Legend of Arslân
  • Oeuvre originale : Yoshiki Tanaka
  • Manga : Hiromu Arakawa
  • Traduction : Fabien Vautrin
  • Date de sortie du T1 : 15 mai 2015 Volume 1/3 (série en cours au Japon)
  • Format : 128 x 182 mm
  • Prix : 7,65 €
  • Pagination : 198 pages
  • Public : à partir de 12 ans

[amazon asin=2368521720&template=iframe image]

genomectra

Joue au Jeuxvidéo depuis mes 7 ans, passionné de graphisme et joueur hardcore.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de