TEST – Total War: Rome 2 – Veni Vidi Vici ego Destituta ?

Deux ans après la sortie du dernier Total War et 9 ans après la sortie du premier opus, le studio « The Creative Assembly » sort enfin la suite de Rome. Fini les baskets ou chaussures, fini les pantalons ou les shorts, sortez les sandales et les jupes, aiguisez vos glaives Total War Rome II est de retour !

Rome Total War est un jeu de stratégie au tour par tour et son histoire se déroule pendant l’Antiquité Romaine. Il est permis aux joueurs de gagner de manière différente, c’est-à-dire, via une suprématie militaire sur le monde ou alors économiquement etc.., les objectifs seront bien sûr différents et permettront de jouer son style de jeu.
Vous aurez à votre disposition 9 factions principales différentes (chacune ayant ses propres avantages/bonus de factions), ça va de L’Icenie à Parthes en passant par Rome. Certaines de ses factions majeures ont en leurs seins, certaines maisons que vous pourrez jouer comme par exemple Rome qui possède les sous –factions Julia, Cornelia ou Junia agrémentant ainsi le panel de factions mis à votre disposition.
La manière de jouer est identique aux anciens Total War, dans le sens où le gameplay se divise en deux parties, la première où vous aurez accès à la carte des territoires, c’est sur celle-ci que vous bougerez vos troupes, effectuerez votre diplomatie sur d’autres factions, accords commerciaux et autres choses du même acabit. Vous devrez aussi développez vos villes, comme par exemple lancez des ordres de constructions de bâtiments, gérez votre ordres publics, nourriture etc…

La seconde partie est celle des combats, autrement dit, vous serez placé sur un champ de bataille où des troupes de soldats, archers, cavaliers seront placées sous vos ordres. Ça sera à vous de les déplacer, de leurs dire quand attaquer etc…

1) Partie graphique

Par où débuter tellement j’ai de choses à dire, je vais commencer par la partie graphique, ce jeu à des bons graphismes mais on ne peut pas en profiter, la palette de bugs auxquels nous avons droits nous en empêche, chute d’IPS, freeze, changement de texture etc.…Pour plus de commodité j’ai demandé à des amis ayant aussi le jeu mais avec de meilleures configurations que moi de me dire s’ils avaient le même souci, et leurs réponses est sans appels, oui le problème est récurent, malgré des tentatives de configuration du système différentes, je n’ai toujours pas réussi à le faire tourner de manière fluides et c’est légèrement dérangeant à la longue. (Je précise au passage que j’ai tout mis à jour et que je fais tourner Shogun II au max sans soucis).

Passons maintenant aux illustrations dans le jeu, j’ai eu le déplaisir de voir les vignettes des armées changées, mais pas dans le bon sens, le style est simplifié, je trouve ça moins beau qu’avant, bien que ce n’est surement qu’une question de gout, j’ajouterais que ça aurait pu passer si on avait retrouvé dans le jeu le même style graphique à des endroits différents, il y aurait eu une cohérence, et là j’avoue que j’ai chercher sans pour autant trouver.

Total_War_Rome2_screenshot_002_Ageek

Les visages des généraux, espions, diplomates etc…ont quasiment tous la même tête, n’ont pas beaucoup de charismes, et du coup ça freine énorme l’immersion du joueur qui pourtant dans un jeu comme celui-ci doit être importante. Il y a aussi la voix des personnages qui est quasiment la même pour les mêmes groupes. J’ajoute au passage que le passage en VF, n’est pas glorieux, les accents sont vraiment mal faits, je n’ai pas senti d’émotions dans leurs voix, c’était monotone, on est bien loin d’un jeu épique ou le but du jeu est quand même de conquérir le monde !
Nous n’avons plus de discours du général avant les batailles, c’est un peu dommage, ça rend le personnage encore plus plat.

Par contre j’ai bien aimé le fait (qui est bien plus marqué dans cet opus), que l’on puisse voir la ville s’agrandir sous nos yeux, avec par exemple la surpopulation visible, les habitants en plus vivent en dehors des murs jusqu’à que nous agrandissions la ville.
On a aussi une map plus grande et plus fournie qu’auparavant, ce que j’apprécie.

2) Nouveautés sur des parties du gameplay :

En ce qui concerne certains éléments gameplay, il y a eu pas de mal de changements et non des moindres, désormais l’armée ne peut plus se déplacer sans son général, en clair tout passent par le général lui-même, recrutements, formations, …. Il est donc impossible de déplacer sur la carte stratégique une seule unité de combat, mais le général avec tous ses bataillons. Changer aussi abruptement ce système de mouvement des unités à des avantages et inconvénients, personnellement je ne vois pas pourquoi l’avoir remplacé si l’on veut jouer dans un souci de réalisme, en effet des escouades de soldats venant renforcés une armée sans avoir forcément un général en tant que chef ne me choque pas, ça rajoute même plus de dynamique.
Evidemment si votre général meurt, le moral de vos troupe chuterons considérablement et certaines fuiront le champ de bataille, on se dit qu’il vaut mieux éloigner le général du combat, mais non! Il ne faut jamais l’éloigner du champ de bataille, plus vous lui faites participer au combat, plus il pourra apporter des bonus à 1 où 2 bataillons dans la foulée, ces derniers pourraient bien renverser l’issue du conflit et c’est ça le secret de la victoire lorsque vous êtes aux combats. Mais le rôle du général ne s’arrête pas là. Il représente une importance capitale au niveau politique de la faction, ce qui confère des avantages, plus le général dispose de gravitas, plus il améliore votre imperium. Ce qui représente le poids de la faction, ce qui vous confère le droit de recruter plus de généraux et donc plus d’armée mobiles, plus d’agents et plus d’érudits.
La taille des formations a été augmentée, en soit ce n’est pas un mauvais choix, mais ce je ne comprends pas, c’est pourquoi les combats d’unités ne durent pas longtemps comparer à Rome I, et je parle d’une manière générale, des qu’une des troupes perd 30 hommes voir plus ça dépend, bim on a le droit à une débande de celle-ci. Du coup ce petit défaut s’avère très gênant, car l’équipe perdante ne perd pas beaucoup d’hommes durant une bataille à moins que nous ne soyez pourvu
d’unités de cavaliers pour rattraper les masses de fuyards. D’une manière générale ça tire des combats en longueurs, déjà que le système au tour par tout est très très long et je pèse mes mots, quand vous arriverez en mid game/end game, sortez un livre, car la période de transitions pour le tour suivant prend quelques minutes, oui vous avez bien entendu, ça peut prendre (et même très souvent) 2 minutes voir plus.

Quelques nouveautés très sympathiques ont été ajoutées telles que la rupture des frontières entre bataille terrestre et navale. Il est en effet possible de contrôler des bateaux lors d’un siège afin de bombarder les positions ennemies, ou carrément de débarquer des troupes par surprise.

Total_War_Rome2_screenshot_001_Ageek

L’intérêt stratégique en ressort décuplé, surtout que les maps offrent généralement de nombreuses possibilités tactiques. Et pour apprécier tout cela, il est possible de profiter d’une caméra cinématique centrée sur une unité donnée. Effet garanti !
Nous avons aussi les nouveautés concernant les régions au plutôt l’implémentation de l’organisation en régions. En somme, les villes ne sont plus totalement indépendantes mais fonctionnent toujours par groupes de 2, 3 ou 4. Les constructions doivent donc être gérées avec cela en tête, le but étant de trouver le parfait mélange entre l’agriculture, le commerce, la culture, l’ordre public et l’armée dans chaque région.
Au niveau stratégique, il y a eu la suppression de l’arbre généalogique, et là j’ai eu envie de crier mais Pourquoiiiii !!!?! Pourquoi changer quelque chose qui donnait de la profondeur au jeu ? J’avoue ne pas comprendre. Et en ce qui concerne la politique intérieure, il n’y a que très peu de choix, et j’avoue que certains options paraissent obscures car on peut faire marier un de vos généraux avec une femme de votre famille, le hic c’est que l’on ne connait pas sa famille, pas de noms, nenni messire! Ce qui implique que  le joueur ne pourra pas intriguer à sa guise de manière pleine. Bien entendu les options assassiner etc.. sont toujours présentes rassurez vous .

En multijoueurs, on a accès à pas mal de cartes, avec des options sur celles-ci comme le temps, etc.., par contre on ne peut pas mettre de bonus d’armes, uniquement de rang. On peut aller jusqu’à faire du 3v3 avec ou sans IA. On notera par contre qu’il obligatoirement avoir en amis une personne pour l’inviter dans un chat ce qui amène à avoir une liste d’amis à rallonge, ce que les joueurs ne désirent pas forcément.

 3) L’IA

Voici la partie la plus ratée de ce jeu, et croyez moi ça ne m’amuse pas du tout de l’annoncer, j’aurais mille fois préféré dire, voici la meilleure IA des Totals Wars, malheureusement ce n’est pas le cas…
En commençant, des le 3ieme tour, l’IA nous annonce la couleur, une faction principale, supposé être une des plus puissantes en ce temps là, tombe contre des petites tribus, ici c’était l’Egypte contre des tribus arabes, et là je me dis , ok ça commence bien , niveau réalisme on a pas fait mieux depuis longtemps, mais bon sur un malentendu je me dis bon, c’est peut être possible .( oui je sais , j’essaye d’être le plus arrangeant possible.) La partie continue, les mouvements d’armées de l’IA sont parfois vraiment bizarres, sans grand but à part se promener…en guerre contre une faction, j’approche d’une de ses villes, l’armée adverse (de même taille que la mienne) délaisse sa ville et se dirige vers une autre partie de la carte où elle n’avait que peu d’intérêt à y aller…et tout le long du jeu on a le droit à des actions incongrues comme ça , et j’ai même pas parler des attaques suicides de l’IA qui attaque mes villes avec 50 hommes contre 800 défenseurs ! Bref sur la carte, l’IA est inconsistante et détruit le plaisir de jouer.
Sur le champ de bataille, c’est moins trancher, en effet j’ai vu de temps en temps des bons mouvements de la part de certains pelotons adverses, notamment des lanciers qui se dirigeaient pour soutenir les flancs de l’armée là ou je voulais les flanquer avec mes cavaliers. Par contre ça n’empêchaient pas que certaines des unités des fois restaient statiques face à la pluie de flèches, jusqu’à avoir le drapeau blanc, ou bien tournaient en rond sans but, restaient bloqués dans des bateaux pour débarquer etc…

[box type= »note » align= »aligncenter » ]Test co-écrit avec Samourai. A noter aussi que le jeu méritera des points en plus quand une grosse partie des bugs seront corriger.[/box]

Cass

Etudiant en Fac, je lis des livres depuis ...heu pfiou ça doit faire un bail, j'étais plus fantasy au début avant de passer progressivement vers le coté obscur ...la Sf ^^ Si vous avez une question supplémentaire vis a vis d'une critique ou besoin d'un avis sur un livre n'hésitez pas à lacher un p'tit com ;)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.