[PS5] Star Ocean: The Divine Force – Notre Avis

Dans une période extrêmement chargée de sorties comme celle-ci, il est possible que la sortie d’un nouveau chapitre de Star Ocean passe presque inaperçue. Ce serait dommage, car nous parlons de l’une des séries JRPG les plus anciennes de tous les temps, qui à certains moments de son histoire a également « effrayé » des sagas célèbres telles que Final Fantasy, Dragon Quest et belle compagnie. Alors rendez-vous service, arrêtez de polir votre hache Léviathan pendant quelques minutes, donnez des collations aux démons de l’enfer et rejoignez-nous dans notre voyage vers

La franchise Star Ocean a ses racines jusqu’en 1996, l’année de la sortie de l’ancêtre qui est entré dans l’histoire pour être l’un des premiers jeux de rôle japonais à donner au joueur la possibilité de modifier le cours de l’histoire en fonction de ses actions et différentes options de dialogue. Il est sorti sur Super Nintendo et n’a jamais traversé les frontières du Japon, obtenant cependant immédiatement un accueil modéré du public. Un remake intitulé Star Ocean : First Departure est également arrivé aux États-Unis et en Europe en 2008 sur PSP, et plus récemment, fin 2019, une édition remasterisée a débarqué sur Switch et PS4. Depuis, cinq titres principaux, 3 spin-offs et même une série manga ont fait leur apparition sur le marché.

Mais passons à Star Ocean : The Divine Force et à la bonne nouvelle : il n’y en aura pas beaucoup dans cet avis, alors profitez-en. Le système de combat a été revu et appartient désormais à 100% au genre action, avec juste une petite concession pour vous permettre de reprendre votre souffle de temps en temps. Chaque protagoniste possède certains ensembles de techniques qui consomment des points de compétence (qui se rechargeront avec le temps) et qui, selon la tradition, peuvent être développées et modifiées au fur et à mesure que l’histoire progresse et que le niveau d’expérience augmente. Les dégâts réels ne commenceront à apparaître que lorsque vous débloquerez des attaques élémentaires, capables de créer des combos vraiment mortels. Ce sera toutefois à partir de ce moment-là que le niveau de difficulté des affrontements, déjà peu élevé, diminuera encore.

Ce qui fait la différence par rapport aux nombreux JRPG en circulation, c’est la présence d’un drone baptisé DUMA, que tous les membres du groupe peuvent exploiter aussi bien en phase d’exploration (pour se déplacer plus vite ou atteindre des zones particulièrement inaccessibles) qu’en combat. Lui aussi, comme les compétences et l’équipement, peut être amélioré en récupérant notamment des cristaux violets autour, pour ensuite être investi dans l’amélioration des caractéristiques de base ou dans le déblocage de compétences supplémentaires.

Vous découvrirez bientôt à quel point l’utilisation de ce compagnon mécanique peut faire une différence dans vos déplacements sur les vastes cartes proposées par Star Ocean : The Divine Force. Celles-ci regorgent de zones peu utiles à la progression de l’intrigue, mais qui cachent souvent des secrets et des missions annexes. Malheureusement, ces derniers n’ont pas été conçus de la meilleure façon puisqu’à plus d’une occasion, nous nous sommes retrouvés à nous casser la tête sur ce qu’il fallait faire pour compléter certains d’entre eux. Entre autres choses, ce n’est qu’en de très rares occasions que nos efforts ont été récompensés par des prix méritoires. Tri-Ace s’est malheureusement occupé de certains éléments du gameplay du jeu de manière très superficielle, comme l’artisanat.

La conception des personnages a de nouveau été prise en charge par Akira Yasuda, un vétéran de l’animation qui possède quelques séries Gundam et une liste interminable de jeux vidéo dans son programme, y compris une poignée de Street Fighter, Power Stone et même Red Dead Revolver qui, rappelons-le, est également né grâce au travail et à l’argent de Capcom. Son travail dans ce cas est caractérisé par des lumières et des ombres. Les premiers font référence à l’excellent souci du détail de chaque élément graphique, des costumes aux décors, pour conclure sur l’excellente variété du « bestiaire ». Malheureusement, cependant, tout le travail effectué dans le processus de conception se traduit par des modèles 3D qui ne sont pas exactement mémorables et animés de manière un peu trop rigide.

Sur PlayStation 5, il n’y a pas d’éléments de nouvelle génération : les téléchargements ne sont pas très longs, mais nous sommes loin de ce que nous avons vu dans d’autres titres et les caractéristiques particulières de la console Sony n’ont pas du tout été exploitées. Nous avons joué toute l’aventure en mode Performance et au moins de ce point de vue, on peut dire que nous étions satisfaits. Le 60 fps perd parfois quelques coups, mais en général le jeu a une fluidité vraiment enviable même lorsque la situation devient assez mouvementée.

De bon calibre est la composante narrative qui lie The Divine Force, dont les quelque 40 heures de jeu maintiennent presque toujours un rythme décent et dispensent habilement les rebondissements. Pour faire office de scénographie pour l’ensemble, on retrouve le mélange suspendu entre fantasy et science-fiction auquel la série nous a désormais habitués, qui dans cette dernière version propose des décors vraiment suggestifs dans lesquels malheureusement, de temps en temps, on ne voit pas exactement des détails techniques passionnants qui trahissent la nature intergénérationnelle du projet.

Le décor initial n’est que l’apéritif : après les premières heures, ce sera toute une galaxie (mais ne vous attendez pas à un Starfield à la sauce japonaise) pour accueillir les aventures de Raymond « Ray » Lawrence et de la princesse Laeticia Aucerius. La décision de permettre au joueur de commencer le jeu en choisissant entre deux personnages donne au jeu une portée plus large et change certaines caractéristiques de l’aventure, comme les personnages qui rejoindront progressivement le groupe et aussi certaines scènes vécues sous différents angles. Ce n’est pas exactement comme avoir deux jeux en un, mais si vous avez le désir et le temps de passer en deux parties distinctes, vous aurez certainement l’aperçu le plus complet possible de l’intrigue.

Au vu de ce qui a été dit jusqu’ici, on ne peut que saluer avec joie le retour de Star Ocean, même si on espérait pouvoir le faire avec un chapitre en meilleure forme que celui que nous avons testé. La série a toujours voyagé en montagnes russes, alternant hauts et bas et bien que The Divine Force soit bien plus valable que son prédécesseur Integrity and Faithlessness, sorti en 2016, on est loin des sommets d’excellence du genre JRPG.

Entre autres choses, le titre Square Enix a également le défaut de sortir à un moment pas vraiment très chanceux, dans lequel les échos des sorties d’automne les plus importantes submergeraient probablement même un produit beaucoup plus proche de la perfection. Sachez qu’il existe des jeux de rôle décidément plus inspirés et convaincants, notamment Xenoblade Chronicles 3.

0 0 votes
Évaluation de l'article

Jihnkoda

Rédacteur en Chef / Webmaster du site Amicalement-Geek.fr et du blog jihnkoda.fr

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x