[PS4] Voice of Cards – Notre Avis

Il y a quelques semaines j’avais pu essayer la démo d’un jeu signé Yako Taro bien connue pour la série des jeux vidéo Nier. Le voici maintenant qui arrive assez rapidement dans sa version définitive disponible sur Playstation 4 (compatible Playstation 5) mais aussi sur Nintendo Switch et PC.

Le titre m’avait agréablement surpris pour sa manière particulière de combiner l’aspect esthétique d’un jeu de société avec un gameplay typique des JRPG classique, et la démo donner vraiment envie d’en découvrir d’avantages, malgré certaines fonctionnalités plutôt douteuses. Bon, j’ai pu jouer une bonne dizaine d’heures sur la version définitive, Yoko Taro a-t-il encore fait mouche ?

Par rapport à d’autres titres de son cru, Voice of Cards ouvre le bal avec une narration assez classique. Nous avons un endroit imaginaire qui était autrefois menacé par un puissant dragon, qui pouvait mettre en danger tous les habitants du pays. Heureusement, les chevaliers du royaume avaient réussi à vaincre la créature légendaire, ramenant ainsi la paix et la prospérité sur le royaume. Des siècles après cet événement, cependant, une terrible nouvelle se répand, le Dragon serait de retour ! La reine lance aussitôt un appel à toute la population : ceux qui abattront le dragon seront généreusement récompensé. C’est précisément ce détail qui attise notre protagoniste, un anti-héros nommé Marren, qui arrive dans la salle du trône accompagné de son fidèle compagnon aux traits monstrueux, Lazuli.

Les deux compères décident de se lancer à la chasse au dragon. Ils seront bientôt rejoints par une troisième personne la sorcière Orvina, qui ne veut rien révéler de ses véritables motivations. Bref, vous remarquerez un schéma assez classique : une menace extérieure qui plane sur un pays paisible, un héros qui part en voyage avec ses compagnons, etc.

Et effectivement, le jeu a une atmosphère presque féerique, assez loin des aventures auxquelles Yoko Taro nous a habitués. Son toucher, cependant, devient de plus en plus perceptible au fur et à mesure que l’histoire progresse. Bien que l’intrigue n’atteigne pas les sommets narratifs de titres comme Nier Automata, il y a des rebondissements inattendus qui rendent l’intrigue toujours intéressante et engageante. Il en va de même pour les personnages : ceux qui se présentent d’abord comme des archétypes de l’imaginaire fantastique s’approfondissent progressivement.

L’histoire de Voice of Cards m’a marqué et ceux dans le bon sens, même si elle aurait pu bénéficier d’une durée plus longue, notamment pour laisser de la place à certains personnages qui se retrouvent en retrait au fur et à mesure de l’aventure.

D’un point de vue technique, le jeu adopte un style bien particulier. En effet, on ne se déplace pas dans des environnements en trois dimensions : tout est affiché comme s’il s’agissait d’un jeu de société, avec des cases représentant des décors et des personnages. La conception exquise des personnages contribue à rendre ce style encore plus agréable et à donner à Voice of Cards une personnalité visuelle unique par rapport aux autres titres du genre. Bien sûr, c’est un choix qui a des avantages et des inconvénients, mais j’ai apprécié la décision de faire quelque chose de différent de d’habitude.

Voice of Cards est un JRPG assez classique en termes de gameplay, et utilise la tenue de jeu de société uniquement comme déguisement. Nos protagonistes sont représentés par un pion, que nous pouvons déplacer sur le plateau de jeu pour avancer dans l’aventure. Certaines cases sont vides et ne servent que de décor ; d’autres, en revanche, contiennent des personnages, des boutiques, des événements ou plus.

Le développement du jeu est plutôt linéaire : un lieu en amène un autre, et nous aurons toujours un objectif très clair à remplir. Cela ne veut pas dire pour autant que l’exploration n’est pas encouragée : en parlant avec les personnages du plateau, en effet, nous pourrons découvrir des détails importants sur notre mission et le monde du jeu, voire découvrir leurs histoires, que nous pourrons visualiser dans une section spéciale du menu pause.

Comme dans tout bon JRPG, un rôle important est joué par les affrontements et le système de combat. Une fois que nous aurons quitté les murs de la ville, nous nous retrouverons dans une sorte de « plateau », où nous pourrons rencontrer des ennemis au hasard en nous déplaçant entre les cases. Les rencontres aléatoires, une mécanique aussi classique que peu utilisée, sont les précurseurs d’un système de combat qui se tourne aussi vers le passé du genre.

Les batailles utilisent des cartes à jouer, à la fois pour représenter les personnages et pour représenter les actions à notre disposition. Comme nous l’avions anticipé, cet aspect visuel ne correspond pas à la mécanique de construction du deck, comme j’aurais pu m’y attendre. Notre « main », en fait, sera simplement constituée des actions disponibles pour notre personnage, dont certaines nécessiteront l’utilisation de gemmes pour être utilisées.

Le combat se déroule à tour de rôle, et à la fin de chaque tour, nous récupérons de nouvelles gemmes à utiliser. Les actions disponibles sont également prévisibles : nous avons des attaques de base, des attaques élémentaires, des modificateurs de statistiques, des sorts de soins et ainsi de suite. Bref, tout ce qu’on attend du plus classique de Final Fantasy ou Dragon Quest, pour faire court.

Le jeu n’est pas non plus particulièrement difficile, bien au contraire. La plupart des batailles peuvent être terminées sans tracas particulier, tant que vous faites attention aux résistances et faiblesses habituelles. Et c’est dommage, car l’absence totale de défi élimine toute composante stratégique : pourquoi devrais-je changer mon approche des combats si mon équipe est capable d’éliminer n’importe quel ennemi sans difficulté ?

Je ne veux pas être trop négatifs, cependant, le jeu est assez court à mon gout compté une dizaine d’heures pour en venir à bout. Les heures de jeu peuvent augmenter grâce à la présence de mini-jeux, qui une fois débloqués seront également disponibles dans le menu principal. Ce sont de vrais jeux de cartes, une diversion intéressante et à sa manière satisfaisante si vous êtes passionné par le genre.

Pour en revenir au principal, j’ai eu le sentiment que Voice of Cards pourrait très bien constituer une base pour l’avenir. Le jeu fonctionne et ceux malgré quelques défauts et que j’ai quand-même envie de récompenser au vu de l’effort fourni par les développeurs pour proposer quelque chose à la fois nouveau et ancré dans la tradition JRPG la plus classique ; cependant, je pense qu’avec ces idées de base, on ne peut faire beaucoup plus, à la fois au niveau de l’histoire quoi que peut-être prolonger l’aventure de quelques heures et, surtout, au niveau du gameplay, où vous pourriez utiliser l’âme de manière plus façon convaincante de jeu de société. On verra si Square Enix et Yoko Taro décident de donner une seconde chance à ce monde.

5 2 votes
Évaluation de l'article

Jihnkoda

Rédacteur en Chef / Webmaster du site Amicalement-Geek.fr et du blog jihnkoda.fr

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x